Mbou Mon Tour | Historique
15348
page-template-default,page,page-id-15348,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-7.4,wpb-js-composer js-comp-ver-4.7.4,vc_responsive

Créée en 1997 par des cadres universitaires et des villageois, l’organisation non gouvernementale (ONG) Mbou-Mon-Tour (MMT) agit pour la conservation de l’environnement et le développement local. La présence de bonobos (Pan paniscus) n’a été confirmée par des scientifiques du Fonds Mondial pour la Nature (WWF) qu’en 2005 alors même que MMT faisait appel à la communauté internationale depuis 2001 pour obtenir un soutien à la mise en place de la protection communautaire. L’ethnie majoritaire locale, les Batéké, ont un interdit alimentaire sur les bonobos. En effet, le bonobo est considéré par cette ethnie comme un humain qui s’est réfugié dans la forêt pour n’avoir pas honoré sa dette, échappant ainsi à une ancienne loi coutumière qui faisait d’un débiteur insolvable l’esclave de son créancier. La mise en place des actions de conservation et de sensibilisation par MMT permet de renforcer et de limiter l’érosion de cet interdit.

En 2011, MMT a accueilli la première tournée de sensibilisation pour la RDC avec la malle pédagogique «les grands singes et leur habitat» créée par Sabrina et Jean Michel Krief du Projet de Conservation des Grands Singes (PCGS). Aujourd’hui, il existe six sites de conservation communautaire des bonobos choisis par les autorités coutumières locales en accord avec la population. Ces espaces sont toujours accessibles aux humains mais les activités y sont réduites (pas de chasse, pas de champs…). Trois d’entre eux accueillent régulièrement des chercheurs et des étudiants de nombreux pays (RDC, France, Belgique, Etats- Unis, Allemagne…). Le premier site à avoir été créé correspond à la ferme pilote de l’ONG et dispose aujourd’hui de deux maisons pour un total de dix chambres. Afin de soutenir les efforts de la population locale pour le projet de conservation, dans un contexte quotidien difficile (notamment pour l’accès à certains produits alimentaires et l’acheminement des récoltes vers les marchés), le WWF a fourni au village de Nkala un moulin, une école primaire et s’est engagé à améliorer les infrastructures locales pour le transport (routes, ponts…). D’autres organismes apportent à MMT un soutien logistique, technique et financier ; il s’agit notamment de : Vallée des Singes, Conservatoire pour la Protection des Primates, PCGS (Projet de Conservation des Grands Singes), Fondation Nature & Découvertes, EAZA (European Association of Zoos and Aquaria), Paniscus et Up To Save, UICN, Awely, Fondation Nicolas Hulot.